Nous avons 27 invités et aucun membre en ligne

Le Prix Barras a été créé en 2006 par Christine Barras. Il s'adresse aux élèves de 11e année Harmos du CO de la Broye et récompense chaque année sur concours les meilleures rédactions (poèmes, récits, textes argumentatifs).

Cette année, ce sont 3 lauréates de Domdidier qui ont remporté les 3 prix accordés. Nous adressons nos chaleureuses félicitations à ces trois romancières en herbe et vous souhaitons une bonne lecture!

 

Christine Barras et les 3 lauréates de 2018
Christine Barras et les 3 lauréates de 2018

 

1er prix: Florette Murith 11A

Un air d’harmonica au fond de la cour

Chère Marie,                                                                                                              octobre 1905

Depuis que j’ai quitté le village, rien n’est plus pareil. Le soleil d’été, la Méditerranée et les cigales ne sont plus qu’un lointain rêve laissé derrière moi. A présent j’ai fait place à la pluie froide tombant sur mes épaules et aux cris désespérés des femmes dont les maris se sont faits avaler par la mer. La mer sombre et sinistre, la mer assassine.

Ici on ne danse pas, on ne chante pas, on ne rêve pas. La vie est rythmée par le travail, par la mer. On s’accroche à la vie comme un soldat mourant, ils n’ont même plus la force de croire que le soleil reviendra.

Je marche dans les rues. Elles sentent la fièvre, elles sentent la mort. Il n’y reste plus que les rats et la poussière. La vie y a péri, les hommes aussi. Dans la taverne, ils boivent pour oublier mais leurs regards vides les trahissent. Ils pensent encore au dur labeur qui les attend. Ils pensent encore aux bateaux grinçants. Ils pensent encore à l’océan.

Plus loin, le port, source de vie pour ceux qui restent. Un vieil accordéon joue encore aux yeux des pêcheurs affaiblis. Il chante la tristesse de leur vie, il chante un espoir oublié. Il pleut toujours.

Je me tourne et me retrouve face à elle. Ses yeux menaçants me regardent. L’écume blanche de ses vagues se moque de la faiblesse humaine. Je m’avance. Le sable brun blesse mes jambes. Le vent fouette mon visage. Les rochers noirs étendus comme des cadavres pleurent des larmes de pluie. Toujours la pluie, encore la pluie.

Je m’en vais. Je traverse à nouveau les rues sales. Je monte les escaliers de bois. Je suis trempée. Ma robe bleue ne ressemble plus qu’à une vieille loque qu’on aurait épinglée d’un fil épais. Mes cheveux sont raides. Mon corps est devenu aussi blanc que l’écume de la mer mais mes lèvres restent rouges comme le sang.

Je m’assieds sur le fauteuil. Je pense à ma vie d’avant. Je pense à la Provence. Je pense à la Bretagne. Je passe mes journées à regarder la ville, à regarder les hommes. Eux, ils les passent à pêcher. Elles, à supplier la mer de les laisser rentrer. Le soir ils s’enivrent de la seule joie qu’il leur reste : celle d’être ensemble, celle de s’aimer, celle de boire une dernière fois peut-être à leur santé. Pour celles qui ne connaîtront plus ces moments, c’est l’inquiétude et quand l’infime espoir qu’il leur restait s’efface brutalement, elles plongent dans les méandres de l’oubli en essayant vainement de survivre, dans la tristesse et la solitude mais trop souvent, la maladie l’emporte.

Depuis ma fenêtre, je vois le port s’affoler. Les mères courent sur les pavés gris. Les enfants crient. L’orage se lève. Le jour s’achève. La ville s’enferme à double-tour. Il n’y a aucun bruit hormis celui du tonnerre. Mes jambes me lâchent. Je tombe à terre. Je pleure toutes les larmes de mon corps. Je crie. Je hurle.

Oh Marie la vie est dure ici mais je garde espoir, je garde espoir qu’un jour, les nuages partiront et que ce jour-là, on pourra entendre un air d’harmonica au fond de la cour.

En espérant que tu vas bien,

Ton amie qui ne t’oubliera jamais,

Hortense

 

2e prix: Eline Kummli 11B

Ne le dis à Personne

Tu sais, ce sourire forcé, tu le connais. Il est là en permanence, il cache les perles tristes qui brouillent tes yeux et dégoulinent de ton coeur. Il cache ce pourquoi de nombreux adolescents ne montrent jamais leurs bras. Ne le dis à personne, mais c’était mon cas.

Tu sais, ce rasoir qui a si souvent réglé tes problèmes, qui a si souvent extériorisé ta peine et qui t’a accompagné dans toutes les épreuves infernales que tu as traversé jusqu’ici. Ne le dis à personne, mais je le connaissais aussi.

Tu sais, cette faim qui te creuse l’estomac un peu plus à chaque heure, qui t’oblige à mentir, à dire que tu as déjà mangé alors que tu meurt de faim, qui t’aide à faire descendre ces kilos en trop que tu vois sur ta balance dans ta salle de bain. Ne le dis à personne, mais je la connaissais bien.

Tu sais, ces cernes qui dénoncent ton état insomniaque, qui trahissent ton regard embué de larmes et de désarroi plongé dans celui solitaire de la lune enveloppée et si brillante, qui, au fond, implorent l’aide de quelqu’un dans ce monde si égoïste et froid. Ne le dis à personne, mais je les ai ressenties maintes et maintes fois.

Tu sais, j’ai envie parfois de le crier à la Terre entière. De faire sortir cette tempête qui se déchaîne à l’intérieur de moi et me déchire le coeur. De laisser ce dernier se vider en un torrent de mots et de prose insensés et dénués de sens, sortis tout droit de mes hauts-le-coeur larmoyants. Mais je n’ai que toi, cher papier, à qui le raconter. Tu endures tout; mes larmes glissant doucement sur toi, mes excès de rage involontaires et imprévus, mon silence tonitruant.

Tu sais, il y a parfois un rayon de soleil qui transperce le ciel gris. Il lèche ma peau diaphane, presque translucide et réchauffe une minuscule parcelle de mon coeur. Mais l’obscurité l’emporte et elle l’enveloppe tout aussitôt. J’aimerais tant pouvoir à nouveau regarder la vie avec mes yeux d’enfant, innocents et naïfs, heureux et taquins. La vie, quelle drôle d’invention, n’est-ce pas? Quelque chose de formidable pour certains, une aventure pour d’autres et une calamité pour les derniers, dont j’en faisais partie.

Heureusement, je suis immunisée désormais contre le mal. Je me suis habituée à ces gestes que je répète et grave inlassablement sur ma peau. Je n’ai plus mal, je ne crains plus d’avoir mal. Je le fais simplement sans réfléchir.

Tu as un chat, cher papier? Moi non, mais tout le monde pense que si. Il faut dire que c’est l’excuse que je me suis trouvée la plupart du temps, lorsque mes manches longues se retroussaient contre ma volonté. Manches longues quand il fait chaud, manches longues quand il fait froid. C’était ma devise, mon guide de survie.

Tu sais cher papier, j’ai envie parfois de le crier à la Terre entière, mais je ne le fais pas, car une voix m’en empêche. Elle me chuchote à l’oreille: «Ne le dis à personne». Alors, je me tais.

Cher papier, ne commence jamais. Ne rentre pas dans ce cercle vicieux dont essayer d’en sortir est un enfer. Je t’en supplie, ne fais pas comme moi, profites de tes bras vierges de toute trace de souffrance. Reste à l’écart de tout cela. Ne t’approche pas de cette drogue qui te détruit à petit feu. Reste fort, toute douleur a une fin. Garde toujours cela en tête. Et surtout, parles-en. Ne laisse pas cette tempête évoluer dans ta cage thoracique.

J’ai fais une bêtise, je ne l’ai dit à personne. Et aujourd’hui, je n’ai plus personne à qui en parler, car une nuit particulièrement obscure, je suis allée trop loin.

 

3e prix: Malsore Ahmeti 11E

Papy,

J’ai bien grandis depuis la dernière fois,  Je poursuis mon rêve d’écrivain en entamant ma 2ème année en école de lettres, cette passion qui est la littérature augmente de jour en jour grâce à toi qui me l’a transmise lors de mon enfance. Cela m’aide à me rapprocher un peu plus de toi.

Tu sais, je retourne quelques fois au bord de mer, mais seul ces fois-ci. Pupuce et toi n’êtes plus là pour rester avec moi. Je me souviens lorsque nous observions la mer assis par terre et que tu me racontais tes souvenirs de jeunesse, vêtu de ton habituel béret bleu et de ta canne usée, quand on lisait des livres en silence ou lorsqu’on apprenait des tours au chien et qu’on riait au éclats. Rien n’a changer la bas, l’herbe est toujours aussi verte, le ciel aussi bleu et la mer me semble encore plus silencieuse, mais pourtant rien ne me semble pareille et avec du recul rien me paraît aussi extraordinaire que lorsque j’avais 8ans et c’est uniquement parce que je sais que tu étais la seule personne qui pouvait rendre cet endroit si spécial. Mais lorsque je suis nostalgique, triste ou pensif, c’est ici, sur ce bord de mer, où je viens m’asseoir, car c’est le seul endroit qui puisse me rappeler la joie et l’insouciance que j’éprouvais à tes côtés.

Je me souviens encore quand tu me narrais tes récits de jeunesse, que tu me racontais la guerre ou alors quand tu me parlais de grand-mère. Tes yeux brillaient à chaque fois que tu l’évoquais. L’amour que t’éprouvais pour elle était si fort et passionné, j’espère connaître cela un jour. Tu me racontais que grâce à elle tu étais l’homme le plus heureux du monde, qu’elle était la plus belle et douce femme que tu n’aies jamais connu. Je ne l’ai jamais vue mais tu m’as tellement parlé d’elle que j’ai l’impression de l’avoir connue.

Grand-père,je t’admire tellement, tu ne t’es jamais effondré, tu aurais pu pourtant mais tu ne l’as pas fait, et quand je te demandais pourquoi tu étais si heureux tu me répondais que la vie avait beaucoup plus à nous offrir que de la simple tristesse. Plus les mois passaient et plus rarement tu venais, je continuais à aller me promener au bord de la mer mais cette fois je n’étais accompagné que de Pupuce pour m’amuser.

Tu passais tout ton temps à l’hôpital et nous venions te voir chaque semaine en espérant que tu ailles mieux mais tu étais si faible. Lorsque je demandais à maman pourquoi tu étais si triste et qu’elle me répondait que tu n’avais qu’une petite grippe et que tu allais t’en sortir, je savais qu’elle mentait. Je n’y croyait pas. Je n’y croyais pas car elle me disait cela les yeux remplis de larmes et l’éclats qui se trouvait dans tes yeux auparavant avait disparu. J’ai cette image de toi dans ce lit d’hôpital, riant à une blague de mon père, ton éternel béret sur le haut de ton crâne et tenant ma main. Si j’avais su, je serais venu nuit et jour à ton chevet pour passer le plus de temps avec toi, si j’avais su. C’est à mon tour d’écrire mon histoire pour avoir, moi aussi, des histoires à raconter.

J’espère te rendre fier chaque jour que je vis sans toi et même si je sais que cette lettre ne te parviendra pas, je tenais à te l’écrire, assis en face de cette mer si paisible, un livre à ma gauche et ton béret usé à ma droite.

Ton petit fils

 

Venez découvrir les aventures et le blog des élèves du camp polysports de Leysin 2017

 

 

Vous y trouverez toutes les infos utiles et une galerie de photos.

Ah Noël !!!! Ce moment qui sent bon le chocolat, les bougies, la bûche aux marrons et le sapin au coin du feu. Noël c’est aussi le moment de fêter la fin de l’année et se tourner déjà vers la nouvelle qui arrive à grand pas. C’est le moment idéal pour souhaiter tout le bonheur, la paix et la joie à tous ceux qui nous entourent.

Comme chaque année, le CO de Domdidier vous adresse ses vœux de fin d’année par le biais d’une carte réalisée par les élèves suivant l’option MITIC en 11H. Travail précis et méticuleux de découpage, de fusion d’image et d’utilisation de filtres avec le logiciel Photohsop, les élèves des classes 11A-11B-11D-11E-11F et 11H ont le plaisir de vous présenter leur réalisation tout en couleur.

Félicitations à Lola Divorne qui obtient le 1er prix du Jury, à Noah Gross pour le 2ème prix et à Hugo Brinchat pour sa 3ème place.

Samuel Meyer-Bisch

 

 

 

1er prix: Lola Divorne 11G

 1er prix Noël 2017

 

 

2e prix: Noah Gross 11D

 2e prix Noël 2017

 

 

3e prix: Hugo Brinchat 11D

3e prix Noël 2017

 

Toutes nos félicitations aux heureux gagnants et bien sûr à tous les élèves qui ont participé à ce concours.

Quelques résultats de l’atelier de poésie des élèves de la classe 1A

Activités diverses où chacun s’est pris au jeu du poète, créant rimes, comptant les syllabes et faisant parler son coeur.

Les élèves de la 1A sont fiers de vous présenter leurs poèmes et leurs calligrammes.

 Atelier de poésie 2016

 

Anaphores

Si j’avais tout le savoir

Si chaque jour était la foire

Si le temps allait plus rapidement

Si je pouvais devenir transparent

Si j’avais le pouvoir d’utiliser le feu

Alors je serais heureux

Georges

 Atelier de poésie 2016

Reste !

Une perle d’océan qui roule sur ma joue

Témoin de ma tristesse, celle que tu as causée

Malgré toutes les promesses, tu m’as abandonnée

Effondrée sous la pluie, couverte de boue.

 

Je ne m’en remettrai jamais, entends-tu !

Tu es lâchement parti, tu m’as trahi

Tu n’as pas assumé nos erreurs d’une nuit

Toutes ces histoires m’ont prises au dépourvu

 

Et moi comment vais-je faire ? Je suis seule

Et toi, tu as tout comme un enfant gâté

Je t’ai supplié de rester à mes côtés

Néanmoins tu t’enfuis me brisant les ailes.

Alissa

 Atelier de poésie 2016

CIRQUE

Et j’ai écrit un mot, un mot qui me terrorise.

Celui qui me fait pousser des ailes, celui qui me fait vivre en enfer, celui où la peur doit être vaincue. Et la douleur oubliée.

C’est aussi un mot où l’on danse comme dans un rêve, un rêve éveillé où la joie nous envahit.

Même si je pleure, si j’ai peur, je suis heureuse, sur mon tissu aérien où plus rien ne peut m’atteindre.

Alors j’ai écrit ce mot, et je me suis promise de ne pas abandonner.

Florette

Atelier de poésie 2016

Chaplin

Si j’avais une moustache sous le nez,

Si je portais sur la tête un chapeau melon,

Si ma canne tournait au bout de mon bras,

Si je vivais en noir et blanc,

Si mes éclats de rire étaient muets,

Si ma ville pétillait de lumières,

Si mon ami s’appelait Kid,

Alors je serais Charlie…

Florette

 Atelier de poésie 2016

La Grèce

Quand je vais dans cet agréable pays

Pour voir ma famille et aller me baigner

Aller visiter des îles en bateau

Etre en été, qu’il fasse beau et chaud

Et voir au ciel voler des groupes d’oiseaux

Ne plus avoir chaque jour l’école sur le dos

Manger plein de spécialités grecques

Aller s’amuser avec les copains

Chaque matin se réveiller et se sentir bien

Et quand arrive la fin des vacances

Partir en avion et avoir de la chance

Et quand recommence l’école, tout me revient

Georges

 

Portrait chinois

Si j’étais un fruit, je serais l’ananas pour avoir une grande tignasse

Si j’étais une saison, je ne serais pas l’été pour ne pas me brûler les pieds

Si j’étais une couleur je serais le bleu comme lacs et océans d’un monde heureux.

Si j’étais un animal, je serais un guépard pour chasser les lézards.

Si j’étais un endroit, je serais un parc pour voir la joie des enfants qui jouent sous les arcs.

Si j’étais un bruit, je serais le silence de la nuit, pour que les petits restent endormis.

Si j’étais une plante, je serais le chêne pour rester zen.

Si j’étais un livre je serais un roman fantastique pour faire rêver tous les enfants de choses magiques.

Si j’étais un jour, je serais le samedi pour que les petits n’aient plus à chercher leur encyclopédie.

Si j’étais une planète, je serais Mars pour être mystérieuse entre tous les astres.

Si j’étais un moment, je serais les vacances car la méfiance s’estompe.

Maxime

Atelier de poésie 2016

 

 

Atelier de poésie 2016

 

Atelier de poésie 2016

 

 Atelier de poésie 2016

Durant cet atelier, un groupe de garçons et de filles a utilisé des toiles de store et des bâches pour confectionner des sacs personnalisés. Merci à Nathalie pour les photos.

Cré'Activité 2016

Placer le fil, lancer la machine, et surtout ne pas casser l'aiguille!

Sac en toile de store et bâche

Et voilà le résultat tout en couleurs!

Tir à l'arc durant la semaine sportive et culturelle.

Un groupe d'élèves s'est initié au tir à l'arc. Pas facile! Cette discipline exige de la force, de la concentration et beaucoup de persévérance. Merci à Lionel pour les photos.

Equipe tir à l'arc

Prise en mains de l'arc et petit effort de musculation pour tendre la corde.

 

Les ours blancs

Merci au club "Les ours blancs" de Corcelles et à son moniteur pour la mise à disposition des locaux et des armes.

Atelier sciences 2016 (semaine sportive et culturelle)

Voici un aperçu des expériences et activités qu'un groupe d'élèves ont effectuées cette année. Merci à Fanny, Raoul et Claire-Lise pour l'animation de l'atelier sciences, pour les photos et les explications.

Expérience 1

Expérience 1 : Fabrication de tommes fraîches. Photo : Observation au microscope des ferments lactiques (Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus) présents dans le yoghourts et nécessaires à la fabrication de fromages.

 

Expérience 2

Expérience 2 : Extraction d’ADN de poire et d’humain. Cette expérience a permis aux élèves de voir de l’ADN à l’œil nu !

 

Dissection 1

Activité 3 : Dissection d’un œil de porc. Photo : Repérage du nerf optique et nettoyage du globe oculaire des graisses et muscles avant de découper le globe oculaire dans le plan équatorial de l’œil.

 

Dissection 2

Activité 3 : Dissection d’un œil de porc. Photo : Réalisation du dessin scientifique et du rapport.

Une semaine aux Ponts de Martel (semaine sportive et culturelle)

Cette année aux Ponts-de-Martel, alors que les oisillons ayant choisis le hockey sur glace tentaient de quitter le nid en faisant cuicui (de leur cri de guerre), les minettes avaient décidés d’enfourcher les patins et revêtir leur casque le plus sexy. Avec ses doux « hé là-bas », M. Gachoud a su encadrer durant une semaine des troupes certes, très motivées, mais aussi excitées et surtout fatiguées par des longues nuits à râper les carottes, courir dans la neige ou faire des dictées.

Les photos témoignent d’un camp où chacun a pu repousser ses limites, mais elles reflètent surtout une bonne humeur contagieuse et un camp très réussi. Merci à l’équipe de cuisine (y compris les éplucheurs de carottes nocturnes) sans qui la vie dans un abri PC ne serait pas supportable et merci à tous pour l’organisation.

Jessica Botter

 Equipe des Ponts de Martel

IMAGE 1 : L’équipe de hockey le lundi

IMAGE 2 : l’équipe de hockey le vendredi !!!!On a perdu quelques courageux.

L'équipe des filles

IMAGE 3 : Les filles le vendredi !! Bien plus courageuses que les garçons.

Randonnée en raquettes

IMAGE 4 : les raquettes, une discipline trop facile pour eux.

IMAGE 5 : l’interminable ski de fond

Venez découvrir les aventures et le blog des élèves du camp polysports de Leysin.

Leysin 2016

Vous y trouverez toutes les infos utiles et une galerie de photos.

Venez découvrir les aventures et le blog des élèves du camp polysports de Leysin.

Camp polysports de Leysin 2015

Vous y trouverez toutes les infos utiles et une galerie de photos.

Semaine sportive 2014: interviews

 La semaine sportive et culturelle est toujours un moment privilégié et très attendu. Les élèves de l’option RadioCOD vous présentent cette édition 2014 sous la forme de deux petites interview. Dans la première, tournée avant le coup d’envoi, vous découvrirez les attentes de nos jeunes. La seconde interview quant à elle, retrace les moments forts vécus durant cette semaine « extra »ordinaire. Bonne découverte !!!

Samuel Meyer-Bisch

Dans le cadre de leurs cours d'éducation physique, les élèves du CO de Domdidier ont réalisé d'impressionnantes pyramides humaines.

Pyramide humaine

Un petit clic sur le logo ou sur un lien vous permettra d'admirer leurs exploits sous la forme d'un diaporama.

Dans le cadre du cours de géographie sur le cacao, les élèves de la classe 1G ont créé une page web concernant ce péché mignon! Je vous laisse découvrir leur travail! Bonne visite!

Fèves de cacao et chocolat

Pauline Santschi

Chaque année, un petit groupe de lectrices et de lecteurs passionnés se rencontrent régulièrement à la bibliothèque de CO de Domdidier pour partager leurs découvertes. Afin de donner envie à d'autres et de diffuser les plaisirs de la lecture, les élèves de l'option COD(e) BOOK ont créé un site internet pour diffuser nos fiches de lecture !

Logo COD(e) Book

COD(e) Book

Karim Hamdani

Durant la semaine sportive et culturelle du 28 janvier au premier mars 2013, un groupe d'élèves a participé à un atelier de sciences. Ils ont eu l'occasion de réaliser diverses expériences dans divers domaines.

 

Logo sciences

 

Afin de garder une trace de leurs découvertes, les élèves ont réalisé une page web sur educanet2. Bravo et merci à Katharina Buchs et Pauline Santschi qui ont coaché le groupe.

Venez découvrir les aventures et le blog des élèves du camp polysports de Leysin.

 

Logo Leysin 2013

 

Vous y trouverez un journal de bord et une galerie de photos.

Venez découvrir les aventures et le blog des élèves du camp polysports de Leysin.

 

Logo Leysin 2014

 

Vous y trouverez un journal de bord et une galerie de photos.

Les élèves inscrits au cours MITIC ont participé à un concours de cartes de Noël. Les travaux ont été réalisés avec un logiciel de retouche de photos numériques. Les oeuvres devaient représenter une ambiance de fêtes de fin d'année dans le cadre de nos bâtiments scolaires.

Les deux meilleurs projets ont reçu un prix, et seront utilisées pour exprimer les voeux de la Direction. Nous adressons toutes nos félicitations aux deux gagnants. Nous saluons également la qualité des productions de tous les élèves qui ont participé au concours.

 

1er prix: Alan JORDAN 3A

 

1er prix concours cartes de Noël 2012

 

 

2e prix: Jordan DESSIBOURG 3A

 

2e prix concours cartes de Noël 2012

2F 2012

Les élèves de la 2F nous proposent de découvrir Pablo Neruda, poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien, né en1904 à Parral. Par le biais d'un de ses poèmes, les élèves nous invitent à un voyage au pays des langues d'ici et d'ailleurs. Une séquence à ne pas manquer !!!

Geneviève Mader

Travaux d'allemand 2012

Les élèves de la 1C et de la 2F sont allés visiter la ville de Berne. Ils ont visité divers lieux célèbres, mais surtout, ils ont réalisé un reportage. Avec l'aide de leur enseignante d'allemand, Mme Mader, ils ont rédigé des textes puis se sont entraînés à les dire à haute voix afin de réaliser des enregistrements.

La 1C à BerneLa 2F à Berne

Comme les photos et les commentaires sont nombreux, nous vous les présentons sous la forme d'un diaporama en vidéo.

Travaux d'allemand 2012

La 1A 2012 à Berne

Classe 1A, Mme C. Cortesi

 

Ausflug nach Bern ins Museum für Kommunikation

Am Mittwoch, dem 14. Dezember 2011, war es bewölkt. Ich kam wie immer in die Schule, ausser dass in meinem Rucksack keine Schulsachen waren, sondern Proviant und, für alle Fälle, ein Regenschirm. Wir gingen in unser Klassenzimmer, wo uns Frau Maffli und Frau Cortesi schon erwarteten. Dort warteten wir etwa 20 Minuten, bis wir, die 1 A, zusammen mit der 1 B, zum Bahnhof von Domdidier marschierten. Es kamen drei Lehrerinnen mit:  Frau Cortesi, Frau Maffli und Frau Fornerod. Wir mussten ein Mal in Murten umsteigen.

Einmal in Bern angekommen, fing es an zu regnen. Wir liefen durch Bern und über den Bundesplatz. Es hatte inzwischen aufgehört zu regnen. Dann ging’s vor dem Hotel Bellevue vorbei und anschliessend gingen wir über die Kornhausbrücke. Etwa einen Kilometer weiter weg war das Museum. Unsere Klasse besuchte in Begleitung von Frau Cortesi die temporäre Ausstellung „Warnung – Kommunizieren gefährdet“. Wir mussten einen Test machen, um festzustellen wie „gefährdet“ wir sind.

Nach dem Essen gingen wir in die Dauerausstellung. Dort konnten wir viele tolle Sachen machen.

Wir bewegten uns Richtung Bahnhof weiter,  uns als wir auf dem Bundesplatz waren, war uns klar, dass Alain Berset die heutigen Bundesratswahlen gewonnen hatte. Frau Maffli wurde sogar interviewt, weil der Interviewer wissen wollte, ob wir wegen Berset da waren!

Am Bahnhof hatten wir noch eine Viertelstunde Freizeit.

Es war ein super Tag!!

Garance Zbinden

 

Musée de la communication Bus PTT

 

Ausflug ins Museum der Kommunikation

Am 14. Dezember 2011 besuchten wir das Museum der Kommunikation in Bern, zufälligerweise am Tag der Bundesratswahlen. Gegen neun sind wir zusammen mit einer anderen Klasse mit dem Zug losgefahren. Als wir in Bern ankamen, mussten wir noch ein Stück bis zum Museum gehen. Im Museum wurden zwei Gruppen gebildet. Die eine hat zuerst die vorübergehende Ausstellung „Kommunikation gefährdet“ besucht und die andere die Dauerausstellung. In der Dauerausstellung gab es sehr viele verschiedene Dinge. Es gab zum Beispiel Schreibmaschinen, die man benutzen konnte oder alte Füllfedern, mit denen man Briefe schreiben konnte. In der vorübergehenden Ausstellung musste man zuerst einen Test machen, um herauszufinden wie stark man süchtig nach Medien ist. Dann gingen wir in einen Raum, in dem es ein paar Computer hatte, an denen man Spiele spielen oder Videos ansehen konnte oder an denen man Fragen beantwortete. An den Wänden waren Fragen oder Wörter geschrieben, wie „Spass“ oder „Warum mache ich überhaupt mit?“. Als wir zum Bahnhof zurückgingen, hat es ziemlich stark gewindet und als wir am Bundeshaus verbeigingen, begann es auch noch zu regnen. Am Bahnhof nahmen wir den Zug zurück zur Schule.

Sofie Egli

 

La 1A au musée de la communication

 

Schulausflug

Der Ausflug  hat mir im Allgemeinen gut gefallen. Am meisten, weil wir nicht im Schulzimmer waten und weil ich vieles mit meinen Freunden machen konnte: quatschen, Sachen ausprobieren…usw.

Im Zug war die Landschaft sehr schön. Die vielen Sachen im Museum haben mir auch gefallen: mit dem Fernseher konnte man versuchen, ohne zu sprechen zu kommunizieren. In unserem Fall haben wir und mehr amüsiert. Mit den Rohren konnte man auf mehr oder weniger lange Distanz kommunizieren.

Yangchi

La 1A au musée de la communication

 

Museum für Kommunikation Bern

Wir kamen am Morgen um die gleiche Zeit wie immer mit dem Bus in die Schule. Wir hatten keine Schultasche sondern einen Rucksack dabei. Wir mussten noch etwa zwanzig Minuten in unserem Schulzimmer warten bis wir aufbrechen konnten. Zusammen mit der Klasse 1B ging es zum Bahnhof. Der Zug kam und alle stiegen ein. In Bern angekommen mussten wir zuerst noch ein Stück bis zum Museum laufen. Der Spaziergang führte uns am Bundeshaus vorbei. Alle wussten, dass M. Berset oder jemand anderer gewählt wird. Im Museum gingen wir mit unserer Begleitperson zu den Räumen. Es hat uns allen gut gefallen. Auf dem Heimweg mussten wir wieder am Bundeshaus vorbeigehen. Jetzt wussten alle, dass M. Berset gewählt wurde. Auf dem Rückweg mussten wir zuerst den Zug nehmen, danach gingen wir wieder wie gewohnt nach Hause.

Seraina  Sticher

 

La 1A au musée de la communication

 


Travaux d'allemand 2012

La 1F 2012

Classe 1F, Mme A.-M. Blanc

Travaux d'allemand 2012

Classe 2B, Mme R. Fornerod

 

La page de fri-tic

 

Logo Dance With Me

 

Logo Le PerSu

La de CH Nature

Logo Gmail Logo Google